Ragondin

Le Ragondin

Nom scientifique : Myocastor coypus
Famille : Myocastoridae
Poids : 5–9 kg en moyenne 6 kg
Taille : corps de 40–60 cm et queue de 25 à 45 cm.
Description

Le Ragondin également nommé "Castor des marais" est un mammifère originaire d’Amérique du Sud.
Il fut introduit en Europe au XIXè siècle, pour l’élevage de sa fourrure. Suite à des évasions d’élevage, ou à des lâchers volontaire, il a envahit beaucoup de régions de France, en particulier le Marais Poitevin et la Camargue.
Le froid est un facteur limitant et les hivers rigoureux leur sont fatals. L'organisme du ragondin n'est pas adapté au gel comme celui du castor. Lors d'hivers rigoureux, de nombreux ragondins ont la queue qui gèle, ce qui dégénère en gangrène mortelle.
Ses pattes postérieures palmées, ses narines obturables placées, comme ses yeux, très haut sur la tête, en font un animal amphibie parfaitement adapté à la vie aquatique. Le ragondin est reconnaissable à ses quatre grandes incisives orange, comme chez les castors, mais tirant plus sur le rouge.

Il creuse des terriers très profond (6 à 7 mètres) dans les berges, participant ainsi à la déstabilisation de celles-ci, il les endommage et les plus minées peuvent céder lors des crues.

Régime

Le ragondin a un régime herbivore, constitué de feuilles de tiges de végétaux aquatiques ou terrestres, de racines et d’écorces de jeunes arbres.
Néanmoins, il s'adapte très vite aux ressources disponibles sur son territoire. Il consomme notamment des céréales comme le maïs et le blé. Majoritairement herbivore, il peut toutefois manger des moules d'eau douce.

Reproduction

Dans son habitat naturel, le ragondin atteint sa maturité sexuelle vers six mois. Les mâles sont actifs sexuellement toute l'année. La femelle a deux ou trois portées par an de cinq ou sept petits en moyenne. Elle les allaite pendant sept à huit semaines. Fait particulier, ses mamelles sont déportées vers les flancs au lieu d'être placées sous le ventre comme chez la plupart des mammifères, ce qui lui permet de nager avec ses petits accrochés aux tétines.

Protection

En France il est considéré comme nuisible, de part les dégats qu'il occasionne aux berges et aux cultures, mais également par la destruction de nids d'oiseaux aquatiques.