Grèbe à cou noir

Le Grèbe à cou noir

Non scientifique : Podiceps nigricollis
Famille : Podicipédidés
Long. 28 à 34 cm, Env. de 52 à 60 cm
Poids : de 250 à 350 gr
Description

Le Grèbe à cou noir a un bec légèrement retroussé et plus fin que celui de son cousin, le Grèbe esclavon. Ce bec est, de plus, entièrement noir. Comme tous les grèbes, le Grèbe à cou noir a des pattes verdâtres positionnées très en arrière du corps, ce qui facilite la nage, et ses orteils sont lobés. L'oeil est rouge chez l'adulte. Le Grèbe à cou noir au corps arrondi et trapu, a une taille intermédiaire entre le Grèbe huppé et le Grèbe castagneux.
Pendant la période de reproduction, il est reconnaissable grâce au roux ardent de ses flancs mais aussi grâce aux touffes de plumes dorées qui peuvent se déployer en éventails sur les côtés de sa tête. L'iris rouge est très nettement visible sur le fond entièrement noir de la tête. Le cou et le dos sont aussi d'un noir profond. La calotte noire de la tête est souvent plus bombée que chez les autres grèbes. Le plumage hivernal est terne. Le dos, l'arrière de la nuque et la calotte sont noirs, les flancs, le ventre, la poitrine, la gorge et les joues sont d'un gris plus ou moins clair, mais le bas des joues est blanc.

Vol

Du fait de la position de ses pattes, très en arrière du corps, il lui est plus facile de nager que de marcher ou de décoller. Pour cette raison, il vole rarement en dehors des périodes de migration, et il évitera au maximum de s'aventurer sur les berges.
En vol, il tient son cou tendu et ses pattes semi-palmées un peu pendantes. Bien que le battement des ailes soit rapide, le vol est généralement bas et peu puissant.

Habitat

En été, il fréquente les plans d'eau douce de taille moyenne riches en végétation aquatique, souvent en compagnie de colonies de mouettes rieuses. Il préfère les plans d'eau présentant une végétation abondante sur ses rives et une abondante faune aquatique. En hiver on le rencontre le plus souvent dans les lacs, les grands étangs et sur les estuaires mais aussi sur le littoral marin. Il se mêle souvent à d'autres grèbes pendant l'hivernage.

Régime

Le Grèbe à cou noir se nourrit en été d'insectes happés en surface, mais aussi d'insectes aquatiques (adultes et larves), de têtards, de petits poissons, de mollusques et de petits crustacés. Le Grèbe à cou noir poursuit les petits poissons avec habileté, descendant jusqu'à trois mètres de profondeur, pour réapparaître à une distance assez grande du point de plongée, une demi-minute après son immersion. En hiver, son régime est plus strictement piscivore. Il avale ses proies sous l'eau, contrairement au Grèbe castagneux qui consomme ses proies en surface.

Nidification

Les couples, qui se sont formés sur les sites d'hivernage, arrivent sur les sites de nidification vers mars ou avril. La nidification s'effectue souvent en petites colonies pouvant atteindre quelques centaines de couples. Les couples entament alors une parade nuptiale : ils se dressent poitrine contre poitrine, nagent l'un autour de l'autre le corps en extension, secouent la tête, et se précipitent sur les autres couples pour les intimider.
Les deux parents bâtissent un nid formé d'un tas de végétaux en décomposition ancré à la végétation vivante du bord de l'eau. La ponte a lieu entre mars et juillet. Mâle et femelle couvent de 3 à 4 œufs blanc-bleuté qui bruniront au contact des végétaux en décomposition et qui éclosent après 19 à 23 jours d’incubation. Les oisillons sont nidifuges et souvent transportés sur le dos de leurs parents. Ils seront indépendants au bout de 3 à 4 semaines. Ils deviendront aptes à se reproduire à l'âge de 2 ans.

Protection

Considérée comme sécurisée en Europe par l'Agence européenne pour l'environnement (AEE) depuis 1994, cette espèce a tout de même été déclarée menacée en Suède, et vulnérable en Allemagne, en Lettonie et en Lituanie.
Espèce protégée (Article 1 et 5 de l’arrêté modifié du 17 avril 1981), inscrite à l’Annexe II de la Convention de Berne et listée en catégorie C1 de l’AEWA (populations d’Europe sud et ouest Europe et nord de l’Afrique).

Chant

Le Grèbe à cou noir émet des trilles (bibibib) et sifflements (houiiti) très aigus en été. En hiver, il est généralement silencieux.