Cygne de Bewick

Le Cygne de Bewick

Nom scientifique : Cygnus columbianus
Famille : Anatidae
Long. de 110 à 127 cm, Env. de 170 à 200 cm
Poids: de 3.000 à 8.000 gr suivant l'age
Description

LLe Cygne de Bewick est une sous-espèce eurasienne du cygne siffleur. Elle se distingue du Cygne sifleur par le jaune beaucoup plus étendu sur le bec. L'adulte présente un plumage blanc, des pattes noires et des iris bruns. Il a un bec jaune sur les deux tiers le dernier tiers étant noir. Ce jaune est beaucoup plus étendu que chez la sous-espèce américaine, le cygne siffleur, mais un peu moins étendue que chez le cygne sauvage, (Cygnus cygnus), avec lequel il cohabite fréquemment en Eurasie et qui lui ressemble beaucoup. C'est un oiseau grégaire en hiver, mais territorial en période de reproduction.
Il est l'un des symboles de la Préfecture d'Aomori, au Japon.

Vol

L'oiseau décolle en courant sur l'eau, comme de nombreux anatidés. Le vol de croisière est un vol direct et bruyant du fait des battements énergiques mais peu amples. Le cygne se pose en freinant des ailes et des pattes qui battent l'eau.

Habitat

Les zones de deltas lui sont particulièrement favorables, les eaux de l'intérieur moins. Il est attiré par les eaux riches en plantes sub-aquatiques comme les potamots dont il se nourrit.
En migration et en hivernage, le choix est plus large. Il s'arrête dans les zones humides de l'intérieur, les grands plans d'eau douce peu profonds, les marais contigus et les cultures attenantes. Les sites d'hivernage sont du même type mais s'y ajoutent les marais de la zone tidale, les estuaires, les rizières, les zones agricoles avec des restes de récoltes et également les champs avec de jeunes céréales, au grand dam des agriculteurs.

Régime

Le Cygne de Bewick est avant tout végétarien. Il consomme, tous taxons confondus, toutes les parties des plantes supérieures, racines, tubercules, rhizomes, tiges et feuilles, graines ou fruits, en sélectionnant les espèces et les items les plus nutritifs de façon à assurer les apports caloriques indispensables.
Sur les sites de reproduction, il se nourrit en eau peu profonde, plongeant tête et cou sous l'eau pour prélever sa nourriture végétale. Les potamots, des plantes immergées, l'intéressent particulièrement, avant beaucoup d'autres, carex, glycérie et autres poacées, renoncules, jeunes pousses de phragmites, etc. Il ne dédaigne pas quelques invertébrés à l'occasion, surtout des mollusques.

Nidification

Le Cygne de Bewick arrive à maturité sexuelle à l'âge de 3 ou 4 ans. Les partenaires arrivent ensemble sur le site de reproduction, au environ de fin mars à fin mai. Il niche uniquement dans la toundra arctique en été, dans des régions plus nordiques que le cygne chanteur. La nidification a lieu quelques jours avant la ponte mais les adultes continuent à charger le nid pendant la ponte et l'incubation. Le nid est construit en bordure d'eau, sur une élévation, un îlot ou une île, avec la végétation environnante. Il fait une 50e de cm de diamètre. La femelle y pond 3 à 5 œufs blanc crème qui vont progressivement brunir au contact du nid et qui écloront au bout de 30 jours. Le poussin est couvert d'un duvet gris clair et a le bec rose. La nichée quitte assez rapidement le nid après la fin des éclosions, mais la femelle peut encore couver ses jeunes si nécessaire. Ils peuvent se nourrir seuls mais les adultes leur présentent de la nourriture.
Les Cygnets quittent le nid dès qu'ils sont capables de nager et restent avec les parents jusqu'à la migration hivernale ou jusqu'à la prochaine nichée.

Migration

Il hiverne en Europe de l'Ouest, surtout dans les Îles britanniques et autour de la Mer du Nord, un peu sur le continent, puis à l'ouest de la Mer Noire, au sud de la Mer Caspienne, enfin et surtout au Japon, en Corée et dans l'est de la Chine. Quelques individus hivernent en Camargue. C'est un migrateur au long cours.

Protection

Le Cygne de Bewick est une espèce protégée (Arrêté du 17 avril 1981, modifié le 25 juillet 1999) inscrite à l‘Annexe I de la Directive Oiseaux, à l’Annexe II de la Convention de Berne et à l’Annexe II de la Convention de Bonn.
Le Cygne de Bewick est menacée par les activités humaines qui dégradent son environnement naturel. Des sites de nidification de la toundra sibérienne sont menacés par les travaux d'extraction du gaz et du pétrole.

Chant

Le cri habituel est un " wouh " un peu étouffé mais sonore et de tonalité assez élevée. Son cri est assez mélodieux et il mériterait, au moins au même titre que son cousin C. cygnus, le nom de Cygne chanteur.