Chevalier arlequin

Le Chevalier Arlequin

Nom scientifique : Tringa erythropus
Famille : Scolopacidae
Long. de 29 à 32 cm, Env. de 48 à 52 cm
Poids : de 160 à 205 gr
Description

Le Chevalier arlequin est une espèce de limicole appartenant à la famille des Scolopacidae. C'est un échassier élancé à longues pattes, légèrement plus gros que le chevalier gambette. De la taille d’un pigeon, il a néanmoins une allure plus fine et élancée, caractérisant les limicoles. Un bec long fin et droit, marqué par une mandibule inférieure rouge. Le plumage est complètement différent entre l’hiver et la période nuptiale, ce qui lui a valu son nom d’arlequin. En plumage, d’hiver, le Chevalier arlequin est entièrement gris clair, avec un sourcil blanc descendant derrière l’oeil. Les pattes sont rouges. En plumage nuptial, il est entièrement noir pigmenté de points blanc. Les pattes deviennent noires.

Régime

Bon plongeur, le Chevalier Arlequin aime pêcher dans les mares vaseuses, il recherche sa nourriture dans les bas-fonds et les marécages où il déambule dans l'eau jusqu'au bas- ventre. Il se nourrit principalement de petits mollusques qu'il prélève grâce à son long bec légèrement incurvé, mais aussi d' insectes aquatiques qu'il capte à la surface (Coléoptères, Diptères, Trichoptères, Odonates).

Nidification

Le Chevalier arlequin est un nicheur des régions boréales paléarctiques. Son aire de nidification s’étend du nord de la Norvège à l’extrême nord-est sibérien. La période de nidification commence vers la fin avril. Le lieu est choisi à la lisière des forêts, dans les landes et les prairies au voisinage des eaux. Il bâtit son nid dans une petite dépression qu'il garnit sobrement d'herbes. La ponte est de 4 œufs olive tachés de brun dont l'incubation est assurée par les deux adultes pendant environ 21 jours.

Migration

En France, le flux migratoire couvre l’ensemble du pays mais les principaux sites de passage sont côtiers. Sur la côte méditerranéenne, la Camargue est la principale zone de halte migratoire.

Protection

Espèce chassable, inscrite à l’annexe II/2 de la Directive Oiseaux, à l'Annexe III de la Convention de Berne et à l'Annexe II de la Convention de Bonn.

Chant

Il se distingue par un cri bisyllabique « ti-ouit », très particulier.