Canard pilet

Le Canard Pilet

Nom scientifique : Anas acuta
Famille : Anatidae
Long. de 50 à 60 cm, Env. de 80 à 95 cm
Poids : de 600 à 1.050 gr
Description

Le Canard pilet est le plus élégant et le plus finement décoré des canards de surface. Il est plus fin et plus élancé que le Canard colvert et l'impression est accentuée par la longue queue effilée qui lui a valu son nom scientifique "acuta".
Durant la période nuptiale, le mâle a le corps gris pâle, le poitrail blanc, et tête brun chocolat, un cou blanc qui se prolonge par une bande blanche qui remonte en arrière des joues. L’extrémité des ailes est noire. Le bec est bleu acier. La femelle ressemble aux autres femelles de canard, elle a un plumage brun discret et cryptique, livrée marron terne avec des stries grises, beiges et brunes.
La queue, longue et pointue, est bicolore, blanche à filets noirs. Le beau miroir vert-émeraude des rémiges secondaires ne se voit qu'en vol ou lors des séances de toilettage. Les pattes sont grises. Le ventre est blanc. Comme pour les autres anatidés, il existe un fort dimorphisme sexuel.
Le Canard pilet présente une très vaste distribution couvrant l’Ancien et le Nouveau Monde. Ce canard est un migrateur qui descend vers le sud en hiver pour atteindre parfois l'équateur. Pendant cette période, il est très grégaire, se mélangeant à d'autres canards.

Vol

En vol, il parait long et fin avec la queue pointue. En groupes, ils volent en général en V ou en formation linéaire. En migration, il peut atteindre une vitesse de 77 km/heure.

Habitat

Le Canard pilet se reproduit dans des paysages ouverts mais avec un couvert végétal épais, et des zones humides saisonnières peu profondes comprenant des marais d’eau douce, des petits lacs et des cours d’eau. C'est un canard des zones humides ouvertes comme les prairies humides ou la toundra. Il patauge volontiers dans les prairies inondées et ne plonge qu'à demi, la tête immergée et les pattes en l'air.

Régime

Le Canard pilet est essentiellement végétarien, se nourrit principalement de matières végétales telles que graines, bulbes et certaines parties des plantes aquatiques et des laîches. Pendant la reproduction, au printemps et en été, il consomme des invertébrés aquatiques comme les mollusques et les crustacés, mais aussi des amphibiens et parfois des petits poissons.

Nidification

Les couples se forment en hiver et les deux partenaires arrivent ensemble sur les aires de reproduction. La parade comporte fréquemment des poursuites aériennes d'une seule femelle par plusieurs mâles.
La saison de reproduction commence entre mars et mai. Le Canard pilet nidifie en couples isolés ou en groupes clairsemés avec les nids espacés de 2 à 3 mètres. Le nid, construit en milieu sec mais sans être trop éloigné de l'eau, est une cuvette peu profonde, creusée dans le sol, caché dans la végétation et parfois loin de l’eau, en général à moins de 200 mètres mais quelquefois jusqu’à 1 à 2 kilomètres à l’intérieur des terres. Ce creux est tapissé de matières végétales, souvent de feuilles et d’herbe. Un peu de duvet est parfois ajouté. Cette espèce ne produit qu’une seule couvée par saison, mais deux remplacements peuvent être faits si la première couvée est perdue.
La femelle dépose de 7 à 9 œufs blancs ou vert jaunâtre. L’incubation dure de 22 à 25 jours, assurée par la femelle seule. Les poussins sont nidifuges. Ils s’envolent au bout de 40 à 45 jours après l’éclosion. Ils sont élevés par la femelle seule.

Migration

C'est un nicheur nordique qui hiverne en Europe de l'Ouest et en Afrique du Nord, les voyages ont lieu en août-novembre et en mars-mai.

Protection

Le Canard pilet est menacé par la perte de son habitat à cause du drainage des zones humides, de l’extraction de la tourbe, de l’écobuage et du fauchage des roseaux, de la chasse, des empoisonnements par ingestion de plombs de chasse et de la prédation. Le statut de conservation de l’espèce est défavorable en Europe.
Espèce dont la chasse est autorisée en France, inscrite aux annexes II/1 et III/2 de la Directive Oiseaux, à l’Annexe III de la Convention de Berne, à l’Annexe II de la Convention de Bonn, et listée en catégorie B1 (population hivernante d’Europe nord-ouest) et B2c (population ouest Sibérie/nord-est et est Europe/sud Europe/ouest Afrique) de l’AEWA.

Cri

Le chant de parade du mâle consiste en une répétition de "tic" ou "yuk" flutés, accompagnés de "uitchii" sifflés et nasillards. La femelle répond par des cancanements précipités. Les syllabes flutées du mâle rappellent celles du mâle de Sarcelle d'hiver. En dehors de la période de reproduction, l'espèce est silencieuse.