• Sarcelle d'HiverOpen or Close

    Non scientifique : Anas crecca

    Famille : Anatidés

    L de 34 à 38 cm, E de 58 à 64 cm

    La sarcelle d'hiver est le plus petit des canards communs de surface, excellent voilier, nerveux, souvent actif et bruyant la nuit. Elle se rencontre en Europe, Amérique du Nord et aussi en Asie. Dans ces régions, elle vit dans les zones tempérées à septentrionales. C'est un migrateur partiel, elle est chassée en grand nombre en Europe et en Amérique du Nord.
    La sarcelle d'hiver ne chante pas, mais émet des sifflements et des grognements rauques cruck. Cette espèce présente un net dimorphisme sexuel durant la période de reproduction. Le plumage nuptial apparaît graduellement chez le mâle à partir du mois d’octobre et il est conservé entre l'hiver (parades nuptiales) et l'été (séparation des couples de l'année), En plumage nuptial, le mâle semble sombre de loin, mis à part la tache jaune sous la queue ; de plus près la tête est roux-marron avec un large sourcil vert à l'arrière de l'œil, le bec est noir, le miroir alaire vert.
    La Sarcelle d'hiver arrive sur les étangs à partir du mois d'août. En mue, on peut la confondre avec la Sarcelle d'été. En hiver on la trouve sur des étangs peu profonds, les bassins de retenue, les marais et les estuaires. La nidification se déroule d'avril à juillet : Creux du sol garni de duvet, près de l'eau, 8-11 oeufs, 1 seule ponte.
    La sarcelle est un oiseau très sociable, qui est toujours en groupe. Assez grégaire et ne présentant pas de comportement territorial, la Sarcelle d'hiver a tendance à se réunir et à voler en petits groupes. Lors de la migration, cet oiseau vole en nuée pouvant aller jusqu'à un millier d'oiseaux ; il existe une grande coordination entre les membres de la nuée.
    Bien qu'à la fois diurne et nocturne, une partie importante de son activité est concentrée au crépuscule et pendant la nuit pour la recherche de nourriture. Les sarcelles d'hiver ne plongent pas entièrement pour se nourrir, mais elles peuvent le faire pour se protéger d'un prédateur. Maladroites sur terre, elles ont un vol agile et rapide, mené avec beaucoup d'énergie. Elles sont capables de décoller très rapidement, et d'effectuer de brusques changements de direction et des pirouettes.